Glossaire : chirurgie buccale /implantologie

Canal dentaire

Lors de la planification 3D en IAO implantologie assistée par ordinateur : l'implant choisi dans la bibliothèque d'implant doit être compatible avec la situation anatomique locale. Après le choix du diamètre, il faut vérifier la compatibilité de la longueur de l'implant avec la position du canal dentaire.

Canine incluse

La canine incluse concerne 2-3 % de la population, les femmes dans un ratio 2:1. Délicate à traiter au maxillaire car liée à l’esthétique elle peut entraîner des complications lourdes à gérer (extraction invasive). Le traitement varie selon l'âge et les situations d'inclusion

Chirurgie avec lambeau

Le soulèvement d'un lambeau muco-périosté permet de visualiser le site osseux. Le type du lambeau doit être le plus simple possible dans sa conception.

Chirurgie buccale

La chirurgie buccale est une discipline majeure de l'odontologie qui regroupe différents domaines d'intervention. Face à des pathologies complexes, le chirurgien dentiste se doit d'orienter le patient vers le spécialiste.

Chirurgie du second temps

La chirurgie du second temps consiste à dégager la tête de l’implant et à mettre en place le pilier de cicatrisation transgingival. Elle est l'occasion de développer les papilles pour un meilleur résultat esthétique

Chirurgie implantaire

Le but de la chirurgie implantaire est la restauration prothétique implanto-portée. De ce fait, le positionnement de l'implant doit être dicté par le contexte prothétique, adapté à la situation anatomique de l'os et des tissus mous. Le maniement approprié des tissus mous et durs est à la base d’une chirurgie réussie. Cette manipulation doit s’appuyer sur des connaissances anatomiques ainsi que sur la connaissance des principes de la cicatrisation osseuse et muqueuse

Chirurgie implantaire sans lambeau

La chirurgie implantaire sans lambeau consiste à forer la crête édentée directement au travers de la muqueuse.

Chirurgie non invasive

EN IAO, implantologie assistée par ordinateur : avec le guide chirurgical posé en bouche, la chirurgie se fera sans incision de la gencive. Les suites post-opératoires sont minimales car la chirurgie est peu invasive; le saignement aussi est extrêmement réduit

Chirurgie piezoelectrique

La chirurgie piézoélectrique, se traduit par l’apparition d’un nouvel outil de chirurgie osseuse, destiné à terme à remplacer les instruments rotatifs. Elle assure plus de sécurité, plus de précision, une meilleure visibilité du champ opératoire, un faible saignement et plus de confort.

Cicatrisation des gencives

La cicatrisation des tissus mous se déroule durant les 2 à 3 premières semaines qui suivent l'intervention chirurgicale et la mise en fonction de l'implant. Trois semaines après la chirurgie, la cicatrisation des gencives est bien avancée. En cas d'exigence esthétique, une intervention supplémentaire sur les tissus mous peut être programmée, telle une greffe de gencive.

Cicatrisation osseuse

La cicatrisation osseuse après énucléation d'un kyste débute par une phase inflammatoire. L’absence de contraintes et une oxygénation adéquate sont nécessaires. Un os tissé immature est ainsi obtenu (Baron, 1993). Cet os va se remanier et devient un os physiologiquement approprié pour une éventuelle mise en place d’implants.

Cicatrisation tissulaire guidée

La cicatrisation tissulaire guidée autour d'un pilier de cicatrisation permet à la couronne d'émerger à travers la gencive de la manière la plus naturelle possible.

Collets alignés

Lors de reconstructions prothétiques implanto-portées, la prothèse transitoire permet la mise en forme des tissus mous péri-implantaire et l’harmonisation de la ligne des collets

Comblement osseux

Lorsque la hauteur d'os est insuffisante à la machoire supérieure pour la pose implantaire, on procède à un comblement osseux. L'accès au sinus se fait au travers d'une fenêtre osseuse. Un matériau de comblement y est introduit.

Comblement sinusien

Le comblement sinusien par voie vestibulaire permet d'augmenter le volume osseux disponible dans le secteur postérieur lorsque celui-ci est insuffisant pour la pose d'implants.

Composés sulfurés volatils

Les composés sulfurés volatils ou CSV sont toujours présents dans la bouche, cependant l'odeur n'est perceptible qu'au delà d'une certaine concentration. En cas d'halitose, on assiste à une augmentation de leur concentration dans l'haleine.

Cone beam

Nouvelle méthode de détermination de la densité osseuse. L'utilisation du cone beam CT (CBCT) scan ou imagerie à faisceaux coniques a été récemment introduite en implantologie. Son avantage principal réside dans la réduction de l'irradiation du patient tout en gardant une bonne qualité d'image.

Consentement éclairé

Une fois en possession de tous ces éléments concernant le traitement implantaire proposé, son coût précis et global ainsi que les traitements de substitution envisageables dans son cas, le patient est en mesure de donner son consentement éclairé.

Coronaire

En dentisterie, la couronne est la partie de la dent qui dépasse hors de la gencive. Cette zone est naturellement recouverte par une substance très dure, l'émail dentaire.

Coupe panoramique

Après la pose du premier implant on visualise à l'écran la situation dans tous les plans de l'espace. Sur la coupe panoramique l'implant apparaît avec son axe et son pilier.

Coupes axiales

Quand il est nécessaire d'en savoir davantage sur la densité osseuse aux sites implantaires, on peut utiliser une des fonctions offertes par le logiciel : Il s'agit de faire défiler les coupes axiales depuis la zone apicale en direction coronaire.

Couronne provisoire

En IAO, implantologie assistée par ordinateur : la couronne provisoire en résine est prête à l'avance, ainsi que le pilier en titane de la prothèse. Avec ces 2 composants en main, le praticien prothésiste peut sceller la couronne immédiatement après l'insertion de l'implant. Toutes ces étapes sont réalisées avant la chirurgie

Csv

Composés sulfurés volatils responsables de la mauvaise haleine. La production de CSV dépend de la présence de bactéries corrélées au dégagement de mauvaises odeurs.

Ct scan

L’examen tomodensitométrique (CT scan) préalable permet d’identifier la hauteur osseuse sous-sinusienne ; l’épaisseur de la paroi vestibulaire ; la morphologie sinusienne pour apprécier les difficultés de soulèvement de la membrane ; la présence de septa osseux.

Haut de page